Environnement, Qualité de Vie

Qualité de Vie

Vias, une ville florissante… de diplômes !

Pour la 3ème année consécutive, la ville de Vias a obtenu le diplôme « Plus belle ma commune » – programme départemental des Villes et Villages Fleuris ! 

Le jeudi 23 mars dernier, Jacques Bolinches, Conseiller Municipal délégué aux travaux et à la voirie, s’est rendu à l'hôtel du département à Béziers.

Au cours de la cérémonie prévue à cet effet, ce dernier s’est vu remettre, pour Vias, le 2ème prix du Palmarès 2016 des Villes et Villages Fleuris – Label de qualité de vie - dans la troisième catégorie (communes de 5001 à 30 000 habitants).

Rappelons que l’année dernière, le diplôme 2015 pour le 2ème prix du Palmarès 2016 des Villes et Villages Fleuris – Label de qualité de vie - dans la troisième catégorie avait déjà été attribué à la ville. À noter que ces documents décernés ne prennent pas uniquement en compte le fleurissement, ils récompensent l’engagement général de Vias.

Force est également de constater l’importance des actions que la commune mène en matière de développement durable, d’amélioration du cadre de vie des concitoyens et de renforcement de l’attractivité touristique du territoire.


La participation à l’édition 2017 est d’ores et déjà engagée !

 

Vias, un littoral fragile

La ville de Vias est bordée par 6 km de littoral .
Enchâssé dans un quadrilatère constitué par le Chenal du Clot (on prononce clôte, quand on habite Vias) à l'est, le Canal du Midi (et ces nombreux bateaux) au nord et Le Libron (petit cours d'eau interdit à la navigation) à l'ouest, le lieu-dit de Farinette et ces 2 km de plage est la fin de la route pour environ vingt-mille vacanciers
Sans les enrochements en épis ou en barres, ces deux km ressembleraient à la Cote Ouest de Vias, ou par endroit la plage à complètement disparue....!!
Ces brises-lames empêchent la mer de reprendre le sable, qu'elle a par ailleurs déposé dans un mouvement circulaire d' Est en Ouest, qui part du large de l'estuaire du Rhône, emportant les limons de ce fleuve.
Un combat incessant se déroule en leur absence, pour préserver les mètres carrés indispensables au repos de ces amoureux du soleil. Combat rendu difficile par les touristes eux mêmes, qui veulent à tout prix séjourner dans des installations « les pieds dans l'eau ».
Vingt-mille, c'est environ le nombre de vacanciers qui fréquentent chaque année Farinette, et autant sur la Côte Ouest, et entre cinq et dix-mille personnes sur le village historique.
Au total cinquante mille personnes vivent à Vias l'été, contre un peu plus de cinq mille deux cents l'hiver.
Cette plage il faudra la partager coûte que coûte !! Et il sera bien sur nécessaire de la protéger, de la nettoyer, de la rendre accessible à tous.
Un moyen de protéger la plage est le renforcement de la dune, au moyen des « ganivelles »; ces bouts de bois enchainés et plantés sur le sable, à la façon d'un espèce de damier, rempli trop souvent d'immondices, servent avant tout à piéger le sable et à favoriser le développement des plantes et des divers micro-organismes profondément enterrés dans le sables.
La dune est un ensemble complexe qu'il faut préserver à tout prix. Ne jetez pas vos détritus dans les ganivelles, des poubelles sont là, à votre disposition. Elles sont ramassées autant que nécessaire, disposées tous les cinquante mètres, elles permettent sans grands efforts supplémentaires de ne pas souiller le sol, si d'aventure l'une d'entre elles était pleine.
La nuit la plage continue de vivre; certains y font des feux de camp et pour alimenter leur foyer, que prennent-ils comme bois, facile, proche d'eux, bien sec, ils utilisent les ganivelles, sans savoir, les ignorants, mais coupables et responsables, qu'ils vont participer à l'érosion de cette dune et à terme à sa disparition.
Des fois, ils prennent aussi le bois des passerelles qui permettent aux personnes handicapées de pouvoir accéder facilement au bord de l'eau.
Faciliter la vie des personnes handicapées !
Respecter l'autre, si différent mais si semblable !
Pour ces incivilités, les gendarmes veillent; la plage n'est pas une zone de non droit.
Au matin, vers cinq heures, un drôle de tracteur avec une remorque attelée, parcourt la plage, du bord de l'eau jusqu'aux poubelles, qui marquent les limitent de la plage.
Il ratisse le sable et au moyen d'un tamis recueille les oublis des vacanciers du jour précédent.
En respectant certaines consignes simples, il est cependant très facile de contribuer à maintenir la propreté de la plage et de réduire les éventuels risques sanitaires liés à un sable sale.
N’oubliez pas que la plage est un espace public ; aussi, gardez l’esprit citoyen et respectez les règles classiques d’hygiène et de propreté !
• Ne jetez pas vos déchets sur le sable (papiers, mégots, restes alimentaires…) et ne les enterrez pas non plus : utilisez les corbeilles ou poubelles mises à votre disposition.
• Signalez toute présence de déchets dangereux (seringues) au poste de secours ou à la mairie.
• Utilisez les sanitaires mis à votre disposition sur le bord des plages.
• Pendant la saison estivale, les animaux domestiques sont interdits sur la plage : ils peuvent en effet salir les plages et l’eau de baignade.

 
Retour haut de page
 
 
©réation Fusioline 2010